Hyō [ヒョウ]

notyetTECHNIQUE : Hokuto Ryūken / Hokuto Sōke no Ken

PARENTÉ : frère de Kenshirō

PREMIÈRE APPARITION : EP131

Hyō est de la lignée de Shuken, mais il est surtout le grand frère de sang de Kenshirō. Alors qu’il n’était qu’un petit garçon il fut sauvé lui et son petit frère par la mère de Kaiō, cette dernière y perdit la vie. Vers l’âge de 10 ans, un combat entre lui et Kaiō fut organisé. Jūkei planifia le résultat de cet affrontement, il programma surtout la victoire du petit Hyō – puisque ce dernier était de sang originel.

Il portait à son petit frère Kenshirō un amour fraternel presque immodéré. Le jour où Ken parti de la Shura dans les bras de Raoh, et en compagnie de Toki, Hyō se précipita à la nage dans une mer totalement agitée pour faire promettre à Raoh de prendre bien soin de son petit frère. Après cette déchirante séparation, Jūkei le maître du Hokuto Ryūken tenta de forcer Hyō à divulguer le poing secret (le poing du Hokuto Originel) avec sa magie et diverses incantations. Mais le savoir originel ancré dans l’esprit du petit garçon resta secret. Ce point secret transmit à Hyō et qui habite son esprit, est en fait destiné à Kenshirō et à personne d’autre.

Hyō fut ensuite enseigné au Hokuto Ryūken par Jūkei, son maître effaça au préalable la mémoire du petit garçon afin de faciliter son apprentissage au Ryūken – car la gentillesse est inutile dans le kung-fu, cela est même une entrave à l’accomplissement total d’un art, surtout le Ryūken – et de surcroît pour que Hyō oubli ses sentiments excessifs qu’il éprouve pour son petit frère.
Cependant Hyō n’avait pas perdu la mémoire suite au point vital touché par son maître, il fit tout de même mine de l’avoir perdu, car en comprenant ce que son maître ressentait intérieurement, il s’évertua à faire semblant d’avoir perdu ce passé teinté de sentimentalité. Ce n’est que quelques années plus tard qu’il avouera cela à Kaiō, ce dernier s’affaira à finir ce que Jūkei n’était pas parvenu à faire – dû à une possible hésitation de son poing au moment fatidique, car il avait peur, peur de ce sang originel qui coulait en Hyō, et qui pourrait causer – un jour où l’autre – sa perte. A partir de ce jour, Hyō n’eut aucun souvenir de son passé datant de son enfance. Pour lui ses frères, sont ses frères d’armes : Han et Kaiō. Des frères d’armes dont il éprouve une grande affection.

Après l’enseignement de Jūkei, lui ainsi que ces deux frères d’armes s’autoproclamèrent les souverains de l’île des démons : “les trois Rashō”. Hyō fut le 2ème général. Lorsque la mer de sang déferla à travers l’île – signe de l’arrivée de Raoh – Hyō se promis d’occire le messie fraîchement arrivé. Jūkei arriva dans le domaine de Hyō pour lui restituer la mémoire – qu’il pensait avoir logiquement effacé, car le messie qui a traversé l’île n’est pas Raoh mais le petit frère de Hyō : Ken. Jūkei usa de diverses magies et incantations pour restituer la mémoire du 2ème souverain, mais en vain. Seules quelques bribes de souvenir apparurent dans la mémoire de Hyō, pour de nouveaux sombrer dans le néant à cause de Kaiō qui avait auparavant œuvré sur le point vital de reconstitution.

Hyō acheva par la suite son maître sans hésitation, puis en passant dans un village à cheval – pour se rendre dans le château de Kaiō – il rencontra deux personnes qui l’interloquèrent ( Shachi et Kenshirō grièvement blessé sur son épaule). Il se vit offrir un œil de Shachi, car le regard de ce dernier lui semblait plein de vie, différent des autres. Après cette offrande il continua son chemin. Sayaka la petite sœur de Kaiō était sa bien aimé, lorsqu’il arriva au château du diable, il trouva cette dernière inerte dans les bras de Kaiō, celui-ci mis ce meurtre sur le dos de Kenshirō. Hyō fou de rage transforma son amour en haine, et entra pour la première fois en enfer. Il décida d’en finir dans un combat mortel avec le présumé meurtrier de sa bien aimé, dans le temple du Raseiden (temple de la soie sacrée). Dans ce lieu, Hyō rencontra Kuroyasha, s’ensuivit un bref duel entre eux deux qui fut rapidement interrompu par l’arrivé de Kenshirō. Le combat fratricide débuta alors.

Hyō totalement acculé réveilla inconsciemment le sang du Hokuto Sōke qui sommeillait en lui. La seconde partie de l’affrontement se limita à deux assauts Hokuto Sōke no Ken. Puis, contre toute attente, le combat fut interrompu par Shachi, qui blessa assez grièvement Hyō pour avorter ce duel insensé et tragique. Hyō recouvra alors subitement la mémoire – au moment où la tristesse au fond de lui à jailli – et confessa à son jeune frère l’emplacement du poing secret : le Taiseiden (palais de la sérénité) et les points vitaux qu’il devrait appuyer pour lire le testament de Shuken (les points vitaux shihōrin).

De la bouche de Kenshirō, Hyō su enfin que le véritable meurtrier de sa bien aimée n’était autre que Kaiō. Après la rapide scène émouvante de ces retrouvailles, Hyō aidé de Kuroyasha protégèrent Lin de l’armée de terre de Kaiō composée de 200 où 300 démons aguerris au combat. Hyō parvint à sortir vivant de cette longue et éreintante bataille, grâce notamment à l’arrivée providentielle de Bat vers la toute fin. Hyō s’éteignit finalement dans les bras de Kaiō après qu’ils se soient réconciliés tout les deux aux portes de la mort.

Faites tourner !

Un Kanzenban est un volume en édition collector. Ces volumes sont généralement plus coûteux et plus fournis, avec des caractéristiques spéciales telles que des couvertures conçues spécifiquement, un papier de plus haute qualité, une couverture de protection spéciale, etc.

Seuls les mangas les plus populaires paraissent sous ce format.

Un tankōbon est le terme japonais pour un recueil de chapitres de manga. En 1955, les éditeurs décident de republier les mangas diffusés par intermittences dans les magazines en un format poche à couverture souple. Il compile plusieurs chapitres d'une même série et les publie sur du papier de haute qualité. Ce sont ces versions qui sont utilisées pour les traductions européennes et américaines.

Weekly Shōnen Jump, fréquemment abrégé en Shōnen Jump, est un magazine de prépublication de mangas hebdomadaire de type shōnen créé par l’éditeur Shūeisha le 2 juillet 1968 et toujours en cours de publication. Il fait partie de la gamme de presse « Jump » de l’éditeur, celle-ci étant destinée à un public masculin de tous âges.

Laisser un commentaire