Fudō [フドウ]

089-201

TECHNIQUE : Gosha Sanga Zan

PREMIÈRE APPARITION : EP087

CARACTÉRISTIQUES PHYSIQUES : 225cm – 270kg (mensurations 240-200-230)

Fudō (Yama no ~) : l’un des Goshasei, affilié aux montagnes de par sa taille et sa force colossale. Orphelin, il grandit sans l’amour de ses parents et se servit de ses muscles pour piller et tuer à loisir, tant et si bien qu’il fut vite assimilé aux “démons” dont regorgent les geôles de Cassandra. Son irruption au dōjō du Hokuto Shinken y laissa nombre de cadavres, et apprit à Raoh un sentiment qu’il pensait ignorer : la peur.

Il suffit toutefois du courage de Yuria encore enfant pour vaincre le géant: protégeant au péril de sa vie une chienne et son petit à peine mis au monde, la jeune fille apprit à Fudō la valeur de la vie. Profondément bouleversé par sa rencontre, le démon lui jura fidélité et intégra le Goshasei pour protéger celle qui avait réussi à lui faire ouvrir les yeux. Quand Shin enleva la bien-aimée de Kenshirō, Fudō prit part au sauvetage de son général à Southern Cross, en compagnie de Hyūi, Shuren, et Rihaku.

Parallèlement à son rôle de garde prétorien du dernier Nanto Rokusei Ken Saigō no Shō, le géant mis en application la leçon que Yuria lui avait apprise des années plus tôt en adoptant chaque orphelin qu’il rencontra. Fudō se consacra pleinement à ceux qu’il appelait ses enfants, et fit vœu de ne plus jamais recourir à la violence qui lui avait valu sa réputation de démon. D’assassin, il devint un père attentionné, préférant encaisser les coups des hommes de Raoh dont Kenshirō le sauva. Chargé de faciliter la rencontre entre le successeur du Hokuto Shinken et le dernier général du Nanto Rokusei Ken, le géant fit route avec l’homme aux sept cicatrices et affronta à maintes reprises les détachements que le Ken-Ō leur envoyait pour les ralentir. Au moment où il s’apprêtait à accomplir sa mission, il fut piégé par Hiruka, le père naturel de deux des enfants qu’il avait recueillis. Ne pouvant supporter l’idée de laisser mourir ceux qui avaient été abandonnés par leur propre géniteur, il plongea de lui-même dans les sables mouvants où Tanji et Jirō se débattaient – choisissant de leur prouver la force de son amour paternel plutôt que de s’acquitter de la tâche qui lui avait été confiée. Une nouvelle fois, il fut sauvé par l’intervention d’un Kenshirō plus humain que jamais. Fudō comprit alors que lui seul était qualifié pour s’unir au dernier des Rokusei Ken, dont il lui révéla l’identité sans plus tarder.

À peine remis des blessures infligées par les archers d’ Hiruka, il se retrouva face à un Raoh terrifié de son dernier combat contre Kenshirō. Provoquer en duel et vaincre la personne même qui lui avait appris la peur était, aux yeux de Ken-Ō, le seul moyen de se débarrasser de ce sentiment que son cadet venait de lui faire ressentir à nouveau. Fudō choisit de revêtir une dernière fois son armure de combat pour protéger ses enfants, mais tomba rapidement sous les coups du colosse du Hokuto Shinken. Dans un dernier effort, il parvint à repousser Raoh au-delà de la ligne fatidique qu’il avait tracée dans le sol et s’était promis de ne jamais franchir – gage de sa victoire psychologique sur sa propre peur. Ne pouvant se résoudre à exécuter les ordres de leur leader, les hommes de Ken-Ō pointèrent leur arquebuse sur Fudō pour l’achever. Satisfait d’avoir protégé ses enfants jusqu’au bout, il expliqua à son adversaire que son amour paternel avait réussi à le vaincre là où Raoh n’était parvenu qu’à briser son corps. Confiant, Fudō s’éteignit dans les bras de Kenshirō.

Faites tourner !

Un Kanzenban est un volume en édition collector. Ces volumes sont généralement plus coûteux et plus fournis, avec des caractéristiques spéciales telles que des couvertures conçues spécifiquement, un papier de plus haute qualité, une couverture de protection spéciale, etc.

Seuls les mangas les plus populaires paraissent sous ce format.

Un tankōbon est le terme japonais pour un recueil de chapitres de manga. En 1955, les éditeurs décident de republier les mangas diffusés par intermittences dans les magazines en un format poche à couverture souple. Il compile plusieurs chapitres d'une même série et les publie sur du papier de haute qualité. Ce sont ces versions qui sont utilisées pour les traductions européennes et américaines.

Weekly Shōnen Jump, fréquemment abrégé en Shōnen Jump, est un magazine de prépublication de mangas hebdomadaire de type shōnen créé par l’éditeur Shūeisha le 2 juillet 1968 et toujours en cours de publication. Il fait partie de la gamme de presse « Jump » de l’éditeur, celle-ci étant destinée à un public masculin de tous âges.

Laisser un commentaire