Plus de détails sur la suite de Fist of the Blue Sky !

Après les détails du prochain jeu adapté de la franchise, c’est au tour de Sôten no Ken RE:GENESIS, la suite de Sōten no Ken / Fist of the Blue Sky, de se dévoiler un peu plus.

Le dessin

Première information fracassante : la suite des aventures du 62ème héritier du Hokuto ne sera pas dessinée par Hara mais par un jeune débutant du nom de Hideki Tsuji !

Hideki s’est fait remarquer grâce à la Zenon Manga Audition (concours visant à recruter de jeunes mangaka talentueux) grâce à Fountain, sa courte histoire… un peu particulière il faut l’avouer.  

   

On peut dire que le gars a décroché la timbale, en même temps qu’une énorme pression sur les épaules…

Le scénario 

Par ailleurs, Hara (qui de son côté continuera à bosser sur Ikusa no Ko), cède par la même occasion sa place de scénariste à Hiroyuki Yatsu, qui avait déjà bossé sur la série animée. Buronson est quand à lui désigné comme superviseur (un titre honorifique, quand on sait que les deux hommes sont un peu en froid depuis quelques années).

Côté intrigue, on savait déjà que l’histoire aurait pour cadre l’Indonésie et qu’elle se déroulerait après les événements de le première série. On apprend maintenant que c’est l’armée néerlandaise qui tiendra le rôle du grand méchant voulant mettre la main sur la fameuse liste de l’espoir (remember ?) mais également qu’une mystérieuse organisation, pratiquant un art-martial inconnu, tirerait les ficelles dans l’ombre…

Autre fait marquant : durant la promo, Hara a déjà annoncé la mort de Kenshiro Kasumi, le personnage central ! On peut donc imaginer que l’histoire débutera par cette mort et que la série entière ne sera qu’un flashback nous relatant les événements qui mèneront à ce moment fatidique. Une figure de style qui rappellerai le début de la première série, dans laquelle on assistait à la naissance du Kenshirô de Hokuto no Ken.

Conclusion

Si l’annonce du passage de flambeau a de quoi surprendre, elle relance pourtant l’intérêt pour une série dont on ne savait pas trop quoi penser. Il faut avouer que la première série avait pas mal de lacunes et que beaucoup de fans de la première heure avaient décroché avant la fin. Hara joue donc gros sur ce coup là et bien malin celui qui pourra prédire si le Hokuto retrouvera de sa superbe ou s’il continuera à se diluer dans des œuvres loin d’être indispensables ( Ichigo Aji, DD Hokuto no Ken…)

On rappelle que la publication débutera le 25 octobre prochain dans le Monthly Comic Zenon.

Liens

Commentaire(s)

Un gaiden est un mot japonais signifiant "histoire parallèle" ou "conte". Le mot est utilisé fréquemment dans la fiction japonaise pour décrire un spin-off d'une oeuvre existante, ce n'est ni une séquelle, ni une préquelle. Cependant, certains gaiden sont aussi des réécritures d'histoires connues, mais vues depuis un autre personnage, une sorte de flashback.

Un Kanzenban est un volume en édition collector. Ces volumes sont généralement plus coûteux et plus fournis, avec des caractéristiques spéciales telles que des couvertures conçues spécifiquement, un papier de plus haute qualité, une couverture de protection spéciale, etc.

Seuls les mangas les plus populaires paraissent sous ce format.

Un tankōbon est le terme japonais pour un recueil de chapitres de manga. En 1955, les éditeurs décident de republier les mangas diffusés par intermittences dans les magazines en un format poche à couverture souple. Il compile plusieurs chapitres d'une même série et les publie sur du papier de haute qualité. Ce sont ces versions qui sont utilisées pour les traductions européennes et américaines.

Weekly Shōnen Jump, fréquemment abrégé en Shōnen Jump, est un magazine de prépublication de mangas hebdomadaire de type shōnen créé par l’éditeur Shūeisha le 2 juillet 1968 et toujours en cours de publication. Il fait partie de la gamme de presse « Jump » de l’éditeur, celle-ci étant destinée à un public masculin de tous âges.